LA LUNE S’ENFUIT – Rax RINNEKANGAS

Les grandes vacances arrivées, Lassi, treize ans, s’en va rejoindre sa cousine Sonja et son cousin Léo dans une ferme de la campagne finlandaise à la vie rythmée par la chaleur et les moissons. Cet été sera celui des amours interdites, de la passion et de la découverte des corps, mais aussi celui de la tragédie pour ces enfants du même sang. Liés par un désir et des sentiments paradoxalement purs, le trio gardera son inexplicable secret. La mort, elle, lorsqu’elle viendra frapper, ne s’embarrassera d’aucune morale et marquera à jamais la vie des survivants.

 

 

Tout un chacun à peu ou prou la même image d’Epinal de la Finlande : celle de paysages enneigés, de fjords et de lacs gelés. Au travers de ce court et magnifique roman, Rax Rinnekangas fait voler ce mythe en éclats en proposant un récit plein de sensualité dans lequel les jeux d’enfants laissent place aux découvertes de la sensualité et du corps de l’autre, et où les turpitudes de l’adolescence ont chassé l’innocence des joies enfantines.

 

Comme chaque été, Lassi 13 ans passe ses vacances d’été dans la ferme de son oncle. C’est avec un enthousiasme sans cesse renouvellé, qu’il participe au travail dans les champs en compagnie de ses cousins Sonja et Léo. Pourtant cet été-là, la chaleur et les corps moites de sueur vont être propices à un changement irrémédiable dans la relation de ses trois adolescents. Leurs simulacres de bagarres enfantines vont se muer lentement en relations intimes auréolées de sensualité et totalement déculpabilisées, car ignorées par le monde des adultes, un monde terne et rigide régit par les principes stricts d’une religion omniprésente et corsetée.

 

Aucune perversité n’entache cette relation triangulaire entre ces jeunes êtres qui découvrent les plaisirs sensuels de la chair et de la douceur de l’autre, jusqu’à la chute. La chute, c’est celle, mortelle, de Sonja lors du retour des foins. Une chute qui va provoquer un véritable cataclysme, la fin du doux rêve d’adolescence et la naissance de la culpabilité et la crainte d’une vengeance du ciel pour avoir joui du corps de l’autre alors que la morale et la religion le réprouvent.

 

La lune s’enfuit est un très beau roman à l’écriture fluide qui se lit sans aucune interruption, presque sans respirer. Ce récit aux fragrances poétiques vient heurter en douceur les certitudes du lecteur et provoquer chez lui des sentiments contradictoires. La lune s’enfuit est un roman au travers duquel chacun pourra à nouveau entrapercevoir les premiers émois de l’adolescence, mais aussi ces douloureux moments d’incertitude et de désarroi, un roman qui laissera définitivement son empreinte…

 

 

LES PETITES PHRASES :

 

  • « Le chagrin est un détective privé à l’ancienne mode. Il n’a aucune mission dans ce monde, jusqu’à ce que quelqu’un ait besoin de ses services et l’engage. Alors, il apparaît, se met au travail, fait son enquête et, très vite, justifie son existence. »

 

  • « La mort est une chose étonnante. Elle est un brigand aux mille visages qui, au moment opportun, joue les miséricordieux. C’est cela qui la fait vivre et ressembler au Rédempteur. La mort fait croire au bien-fondé de ses actes. »

 

 

Édition présentée : La lune s’enfuit, Rax Rinnekangas

Collection Libretto, Éditions Phoebus

2013, 114 p.

Continue Reading
%d blogueurs aiment cette page :