LES IMPLIQUES – Zygmunt MILOSZEWSKI

Un dimanche matin, au milieu d’une session de thérapie collective organisée dans un ancien monastère de Varsovie, l’un des participants est retrouvé mort, une broche à rôtir plantée dans l’œil. L’affaire est prise en main par le procureur Teodore Szacki. Las de la routine bureaucratique et de son mariage sans relief, Szacki ne sait même plus si son quotidien l’épuise ou l’ennuie. Il veut du changement, et cette affaire dépassera ses espérances.

Cette méthode de la constellation familiale, par exemple, une psychothérapie peu conventionnelle basée sur les mises en scène… Son pouvoir semble effrayant. L’un des participants à cette session se serait-il laissé absorber par son rôle au point de commettre un meurtre ? Ou faut-il chercher plus loin, avant même la chute du communisme ? Zygmunt Miloszewski signe un polar impressionnant, où s’affrontent la Varsovie d’aujourd’hui et les crimes du passé.

Après les polars venus du froid, ce sont les polars venus de l’est qui débarquent en France. Il faut bien l’avouer, comme ce fût d’ailleurs le cas pour les polars nordiques, il faut au lecteur un petit temps d’adaptation pour appréhender les noms des personnages et des lieux qui sont parfois quelque peu compliqués et dans lesquels il est aisé de s’emmêler les pinceaux.

Une fois ce petit choc culturel éprouvé, on se laisse très facilement happé par ce roman noir de facture classique, mais néanmoins originale. Le principal attrait de Les Impliqués réside en ce qu’il plonge le lecteur au cœur d’un pays et plus précisément d’un système judiciaire que l’on connaît peu. Ici pas de flics aux gros bras qui roulent des mécaniques, mais au contraire un procureur sensible, empêtré dans une vie de famille dans laquelle il ne se reconnait plus et chargé de démêler une affaire de meurtre perpétrée au cours d’une séance de thérapie collective au sein d’un ancien monastère de la capitale polonaise.

Marquée par une histoire difficile, entachée de crimes et de privations de toute nature liés au communisme, la Pologne se révèle un terreau formidable pour le roman noir, un atout que Zygmunt Miloszewsk exploite avec beaucoup de talent. Il fait ainsi s’entrelacer les tensions vécues lors des heures plus dures du communisme et les stigmates qu’elle a laissés et qui rejaillissent encore sur la société contemporaine polonaise.

Couronné par plusieurs prix, et en cours d’adaptation au cinéma, le roman de Zygmunt MILOSZEWSKI met en scène de nombreux personnages, tous liés par une thérapie collective : la constellation familiale. Ce concept thérapeutique n’est pas fictif, et la plongée dans cet univers passionnant est véritablement la moelle de l’intrigue.

Certes, le lecteur peut se sentir parfois perdu entre de (trop ?) nombreux personnages, et des pistes qui peuvent parfois dérouter. Le propre d’un polar est de réserver des surprises à son lecteur, mais à trop vouloir le ballotter, ce dernier est en droit de se sentir perdu dans tous ces enchevêtrements complexes, pourtant pour peu qu’il prenne patience, le dénouement aussi ingénieux qu’inattendu ne le décevra pas.

Ce deuxième opus de Zygmunt Miloszewski est véritablement un roman à découvrir ne serait-ce que pour s’imprégner de l’atmosphère d’une ville Varsovie, et d’un pays que l’on connaît peu la Pologne. Un auteur prometteur à suivre de très près…

Édition présentée : Les impliqués, Zygmunt MILOSZEWSKI

Miroboles Éditions

2013, 441 p.

Continue Reading
%d blogueurs aiment cette page :