DÉSORIENTALE – Négar DJAVADI

Désorientale-négar-djavadi-editions-liana-levi-grand-prix-des-lectrices-elle-2017-roman-sélection-janvier-rentrée-littéraire-2016.jpg

Si nous étions en Iran, cette salle d’attente d’hôpital ressemblerait à un caravansérail, songe Kimiâ. Un joyeux foutoir où s’enchaîneraient bavardages, confidences et anecdotes en cascade. Née à Téhéran, exilée à Paris depuis ses dix ans, Kimiâ a toujours essayé de tenir à distance son pays, sa culture, sa famille. Mais les djinns échappés du passé la rattrapent pour faire défiler l’étourdissant diaporama de l’histoire des Sadr sur trois générations : les tribulations des ancêtres, une décennie de révolution politique, les chemins de traverse de l’adolescence, l’ivresse du Rock, le sourire de voyou d’une bassiste blonde…

Une fresque flamboyante sur la mémoire et l’identité ; un grand roman sur l’Iran d’hier et la France d’aujourd’hui.

Qu’il est beau ce titre de roman, qu’il est beau et triste à la fois Désorientale un titre qui fleure bon l’Orient, La Perse, le pays des mille et une nuit… l’Iran.  Un joli titre que le préfixe « Dès » vient ternir tant il désigne la séparation, la disjonction, l’exil…

Un titre qui dit tout

Qu’il est beau ce titre, qui dit tout de l’histoire de Kimia Sadr, cette jeune femme exilée qui à la faveur d’une trop longue attente dans le service de procréation médicalement assistée de l’hôpital Cochin se souvient de son enfance en Iran et des premiers jours qui ont suivi son exil en France.

Désorientale, véritable saga familiale qui traverse le 20ème siècle, rappelle que L’Iran avant d’être ce pays liberticide que l’on connaît aujourd’hui, fut un pays de culture, un pays moderne, dans lequel les femmes avaient toute leur place.

Une quête d’identité

Mais il est bien plus que cela, il raconte avec verve, humour et de passionnantes digressions, l’histoire de Kimia, qui se sent à la marge de la culture des deux pays de sa vie.  Avec subtilité, Négard Djavadi interroge le concept d’identité. Ce qui définit chacun d’entre nous. Est-ce notre nationalité, notre langue, notre appartenance à une culture, notre religion, notre identité sexuelle ? Comment se définir lorsque l’on se sent différent et que l’on n’a plus de repères, plus de racines ?

Comment s’affirmer, affirmer sa différence, son désir de maternité lorsque l’on aime une autre femme et que l’on se sent comprimé dans une société encore tout étriquée ?

Ce sont tous ces thèmes qui sont développés dans ce roman. Un roman qui désoriente parfois le lecteur, tant il foisonne de références, mais qui ne le perd jamais. Désorientale, est un très beau premier roman, dépaysant, car il ne ressemble à aucun autre, virevoltant souvent, surfant entre drame et comédie. Un roman lumineux d’une richesse et d’une fraîcheur incroyable.

Édition présentée : Désorientale, Négar Djavadi

Éditions Liana Lévi

ISBN : 9782867468346

2016, 352 p. (22 euros) disponible en format numérique

L’auteur : Négar Djavadi naît en Iran en 1969 dans une famille d’intellectuels opposants au Shah puis à Khomeiny. Elle a onze ans lorsqu’elle arrive clandestinement en France. Diplômée de l’INSAS, une école de cinéma bruxelloise, elle travaille plusieurs années derrière la caméra avant de se consacrer à l’écriture de scénarios. Elle vit à Paris. Désorientale est son premier roman.

Vous aimerez aussi...

3 commentaires

  1. I really want to inform you you that I am new to wordpress blogging and genuinely admired your site. Very likely I am inclined to store your blog post . You absolutely have outstanding article material. Value it for discussing with us your favorite url write-up

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *