MA REINE – Jean-Baptiste ANDRÉA

Shell n’est pas un enfant comme les autres. Il vit seul avec ses parents dans une station-service. Après avoir manqué mettre le feu à la garrigue, ses parents décident de le placer dans un institut. Mais Shell préfère partir faire la guerre, pour leur prouver qu’il n’est plus un enfant. Il monte le chemin en Z derrière la station. Arrivé sur le plateau derrière chez lui, la guerre n’est pas là. Seuls se déploient le silence et les odeurs de maquis. Et une fille, comme un souffle, qui apparaît devant lui. Avec elle, tout s’invente et l’impossible devient vrai.

ma-reine-jean-baptiste-andrea-liconoclaste

Jean-Baptiste Andréa a, un jour, forcément arrêté de grandir ou peut-être –   lorsqu’il était encore un enfant qui posait sur le monde des yeux que la vie ne s’était pas encore chargée d’assombrir-  prenait-il des notes pour, plus tard, raconter le monde à hauteur d’un tout jeune adolescent quelque peu différent. L’histoire de ne le dit pas, et après tout peu nous importe.

Tendre et poétique

Ce qui est important est que Ma reine, son premier roman, est un livre doux, tendre et poétique, qui oscille en permanence entre rêve et réalité. Un roman qui en quelques mots, au détour d’une simple phrase permet au lecteur de se reconnecter avec l’enfant qu’il a été. C’est simple, c’est rare et c’est éminemment  précieux.

Ma reine se  fait parfois  conte initiatique, fable ou roman d’apprentissage, mais est surtout  un texte singulier qui déroule la drôle de  rencontre entre« Shell »  mi-homme mi-enfant si attachant et Viviane une jeune fille éthérée  qui aurait pu être une fée, mais qui s’est désignée reine.

Une vision du monde délestée de tout ce qui le ternit

J’ai lu Ma reine des étoiles dans les yeux, souvent ; la gorge nouée, parfois, sa beauté réside en la façon dont Jean-Baptiste Andréa parvient tel un magicien à inventer une vision du monde, celle de Shell délestée de tout ce qui le ternit, de tout ce qui le surcharge et l’assombrit.

Certains évoqueront Vian, d’autres Giono. Peut-être… Ce qui est sûr c’est que tout sonne juste :  les sentiments comme ces jeux d’enfants dans le maquis. Les paysages, leurs odeurs et les silences.

Lumineux  et éthéré Ma reine, est l’un des très beaux romans de cette rentrée…

 

Édition présentée : Ma reine, Jean-Bapstiste Andréa

L’Iconoclaste

ISBN : 9791095438403

2017, 240 p. (17 euros)

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *