ENTRE CIEL ET LOU – Lorraine FOUCHET

Bretagne. Jo prévoit de profiter d’une joyeuse retraite sur l’île de Groix. Mais la deuxième vie qu’il imaginait aux côtés de sa bien-aimée, il devra l’inventer seul. Son épouse est partie avant lui, en lui lançant un ultime défi : celui d’insuffler le bonheur dans le cœur de leurs enfants. Il n’a d’autre choix que d’honorer Lou, sa mémoire et ses vœux. Entre un fils sur la défensive et une fille cabossée par l’amour, la mission s’avère difficile mais réserve son lot d’heureuses surprises – car il n’est jamais trop tard pour renouer. En famille, on rit, on pleure, on s’engueule et, surtout, on s’aime !

Entre ciel et Lou - Lorraine Fouchet - Le livre de poche

Entre ciel et Lou est un formidable roman bonheur…

Il est des livres pour apprendre, d’autres pour comprendre, d’autres encore pour divertir et enfin d’autres qui vous permettent de vous sentir pleinement vivant. Nul besoin d’élaborer une hiérarchie entre ces différentes littératures, il y a tout simplement un temps, un moment pour chacune d’elles dans la vie d’un lecteur.

Un roman qui permet de se sentir vivant

Entre ciel et Lou fait partie de ces romans qui vous permettent de vous sentir vivant. À peine la dernière page refermée, le lecteur est saisi d’une formidable envie de croquer la vie, d’en apprécier les plus insignifiants moments. Car Lorraine Fouchet possède un don, celui d’évoquer  la vie des gens, des vrais. Pas de stars de cinéma suicidaires, d’espions body-buildés possédant une « licence to kill » dans ce roman. Non, l’auteur qui partage sa vie entre Paris et Groix donne vie à des personnages qui nous ressemblent, des êtres avec leurs qualités, leurs défauts et leurs failles.

De l’humanité…

Lorraine Fouchet n’édulcore rien, ni personne, elle a juste glissé de l’humanité dans chacun de ses mots, ceux qui abordent l’infidélité, la maladie, la séparation, la mort, le handicap ou le deuil comme ceux qui parlent d’amour, de réconciliation, d’amitiés, ou de bienveillance.

Un roman chargé de tendresse

Entre ciel et Lou est chargé d’une tendresse et d’un humour jusque dans les dialogues finement ciselés, même lorsqu’il évoque les tragédies qui traversent nos vies. Ce roman est un roman bonheur qui apaise et rassérène. Un roman dont on sort la gorge nouée et les yeux embués d’émotions avec une folle envie de foncer à Groix, manger des galettes complètes, des crêpes au beurre salé et , qui sait, peut-être apercevoir Pomme, Charlotte, Jo et les autres se baladant près du Trou de l’Enfer en famille…

 

Édition présentée : Entre ciel et Lou, Lorraine Fouchet

Le Livre de poche (Éditions Héloïse d’Ormesson pour l’édition originale)

ISBN : 9782253069973

2017, 384 p. (7.99 euros) disponible au format numérique

L’auteur : Née en 1956, Lorraine Fouchet a été urgentiste au SAMU et à SOS Médecins avant de se consacrer à l’écriture. Auteur de quinze romans dont Les couleurs de la vie qui vient de paraître aux Éditions Héloïse d’Ormession, elle vit entre Paris et l’île de Groix.

Continue Reading

LE PONT INVISIBLE – Julie ORRINGER

Le pont invisible - Julie Orringer
Le pont invisible – Julie Orringer

Débarqué à Paris, Andras, juif hongrois, découvre la vie bouillonnante de la diaspora. Il rencontre Klara, énigmatique professeur de danse. Amoureux et insouciants, ils ignorent l’antisémitisme rampant. Mais, contraint de retourner à Budapest, Andras est envoyé dans un camp de travail tandis que Klara tente de fuir en Palestine. Au milieu du chaos de la guerre, les amants luttent pour être réunis.

Il en faut du talent pour tenir entre sa plume un lecteur pendant plus de neuf cents pages, sans jamais le lasser, sans jamais le perdre, c’est pourtant ce parvient à faire avec beaucoup de grâce et de virtuosité la nouvelliste Julie Orringer avec Le pont invisible. Si le fil conducteur de cette fresque familiale est la relation passionnelle entre Andras un jeune étudiant Hongrois venu à Paris étudié grâce à une bourse l’architecture et Klara une professeure de danse plus âgée au passé trouble, Le pont invisible revient aussi de manière passionnante sans toutefois être didactique sur l’histoire de l’Europe qui bascule inexorablement dans le fascisme et l’antisémitisme.

De Paris à Budapest l’auteur déroule le fil de l’Histoire, des premières brimades envers les juifs dans l’école où étudie Andras jusqu’à l’extermination des juifs de Hongrie. Jamais on ne s’ennuie avec ce volumineux roman. S’immerger dans cette saga c’est ce couper du monde pendant plusieurs heures et plonger dans les troubles de l’histoire du 20e siècle, c’est vibrer en même temps qu’Andras et Klara qui se découvrent, c’est assister aux premières brimades contre des étudiants parce qu’ils sont juifs, c’est endurer avec Andras la solitude et la difficulté d’être envoyé loin de Klara dans les camps de travail du STO, c’est assister révolter aux traitements qui étaient réservés dans les camps de concentration aux juifs homosexuels… Vivre à travers le regard de personnages attachants, l’Europe qui bascule dans la folie, dans la peur et la souffrance.

S’il n’y avait qu’un livre de poche a dévoré cet été ce serait vraiment celui-là. Après avoir passé plusieurs jours avec Andras, Klara, Tibor et moult autres personnages tellement bien incarnés qu’ils en paraissent presque vivants – sans jamais les quitter bien longtemps d’où l’intérêt de dévorer ce livre pendant les vacances d’été – , il est difficile de quitter cette bulle dans laquelle on s’était retranché. À l’issue de cette lecture au long cours, on se sent presque orphelin, et l’on éprouve une étrange sensation de vide, preuve que l’on vient de quitter un très beau roman…

Édition présentée : Le pont invisible, Julie Orringer

Éditions Points, Collection Grands romans

(Éditions de L’olivier pour l’édition d’origine)

2014, 904 p.

Continue Reading
%d blogueurs aiment cette page :