« Dis, c’est comment de travailler dans une grande librairie ? »

dis-ca-fait-quoi-de-travailler-dans-une-grande-librairie

Depuis que j’ai le bonheur de travailler dans une grande librairie, il n’est pas un mois sans que des personnes de mon entourage ou sur les réseaux sociaux ne me disent « Tu as de la chance, j’ai toujours rêvé de travailler dans une librairie » ou ne me demandent :  « Alors, comment ça fait de travailler dans une librairie ? »  Je vous raconte ?

J’ai de la chance de travailler dans un tel lieu,  j’en suis consciente, et croyez-le ou pas je me le répète comme un mantra chaque jour lorsque je pénètre dans ce lieu magique par une petite porte bien avant l’ouverture au public.

Le privilège de réveiller les livres

Car oui, j’ai ce privilège – et je crois que jamais je ne m’en lasserai –   d’être l’une des premières, avec quelques collègues, d’entrer dans la librairie le matin et de  pouvoir « réveiller les livres », expression que j’emprunte à l’une de mes amies que certains d’entre vous reconnaîtront sûrement.

Aussi loin que je m’en souvienne, j’ai toujours rêvé de me retrouver seule dans une librairie, d’être enfermée en son sein et d’avoir, l’espace de quelques heures, pour seule compagnie les livres, c’est ce que je vis chaque matin. Qui a dit que les rêves ne devenaient jamais réalité ?

Me promener dans la librairie le matin, alors qu’aucun client n’a encore franchi le seuil de la librairie, est un plaisir tous les jours renouvelé puisque mes collègues en charge des rayons refont leurs tables quotidiennement,  j’ai ainsi la chance de pouvoir saluer chaque nouveau livre, le plaisir d’en lire les quatrièmes de couverture dans le silence et en humant le parfum de l’encre à peine sèche et du papier blanc, qui jamais encore n’a été feuilleté. Le plaisir aussi de pouvoir leur chuchoter, à ces petits nouveaux intimidés, effrayés par leurs illustres voisins, que tout va bien se passer, qu’ils sont entre de bonnes mains.

J’ai toujours été attiré par les librairies, certaines personnes lorsqu’elles arrivent dans  une ville, ne peuvent la quitter sans avoir visité son église, je cherche toujours quant à moi si elle abrite une librairie, et je ne peux résister au plaisir d’en admirer la vitrine et d’y pénétrer afin d’y découvrir à travers les coups de cœur soigneusement accroché aux livres, les personnalités de ceux qui la font vivre. Et cela est encore plus vrai aujourd’hui. 

 

Travailler dans une grande librairie c’est…

Travailler dans une grande librairie, c’est travailler dans un véritable lieu de vie, un lieu qui abrite des milliers de références, donc des milliers de potentialités : de voyages à faire, de sentiments à éprouver, de personnages à rencontrer, de tableaux à contempler.

Travailler dans une grande librairie, c’est travailler avec des dizaines des libraires (mais pas que) qui connaissent leur rayon sur le bout des doigts, des collègues qui sont heureux de dénicher pour un client le livre avec lequel il voudrait repartir, mais dont il ne connaît au mieux qu’un bout du titre, au pire que le nom  tronqué de l’auteur.

 

Mais c’est aussi…

Mais travailler dans une librairie, c’est aussi prendre conscience  que c’est un lieu que certains redoutent, appréhendent comme un temple réservé à une élite. Un lieu dont ils n’oseront jamais pousser la porte, pensant que le prix du livre y est plus élevé qu’en supermarché ou sur internet, que les libraires ne sont pas accessibles et qu’il y encore beaucoup de travail à faire, pour les amener à venir nous rencontrer ou à commander sur le site de la librairie plutôt que de dégainer leur téléphone pour commander sur celui dont je ne souhaite pas prononcer le nom (et non il ne s’agit pas de Voldemort, quoique… 😉  ). C’est également surprendre parfois le regard perdu d’une personne qui franchit pour la première fois le seuil, mais que nous rassurons d’un bonjour et d’un grand sourire.

Travailler dans une grande librairie, c’est tout ça et bien plus encore, mais je ne vous raconterai pas tout ici. Car j’ai bien envie d’y revenir plus tard, de lever un bout du voile de temps à autre. Ça vous dit ?

Vous aimerez aussi...

4 commentaires

  1. Coucou Sandy,

    Lever un bout du voile de temps à autre …. oh que ouiiiii, ça me dit !
    Quelle chance tu as d’être accompagnée de ces merveilleux amis durant toute la journée!
    Bises ma Sandy

    Nadine.L

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *