MALA VIDA – Marc FERNANDEZ

De nos jours en Espagne. La droite dure vient de remporter les élections après douze ans de pouvoir socialiste. Une majorité absolue pour les nostalgiques de Franco, dans un pays à la mémoire courte. Au milieu de ce renversement, une série de meurtres est perpétrée, de Madrid à Barcelone en passant par Valence. Les victimes : un homme politique, un notaire, un médecin, un banquier et une religieuse. Rien ne semble apparemment relier ces crimes … Sur fond de crise économique, mais aussi de retour à un certain ordre moral, un journaliste radio spécialisé en affaires criminelles, Diego Martin, tente de garder la tête hors de l’eau malgré la purge médiatique. Lorsqu’il s’intéresse au premier meurtre, il ne se doute pas que son enquête va le mener bien plus loin qu’un simple fait divers, au plus près d’un scandale national qui perdure depuis des années, celui dit des « bébés volés » de la dictature franquiste.

Un préalable avant de commencer la lecture de Mala Vida : s’assurer d’avoir quelques heures devant soi, car ce polar à l’écriture incisive ne se repose qu’une fois la dernière page tournée. Pour son premier roman en solo, le journaliste Marc Fernandez spécialiste de L’Espagne et de l’Amérique latine s’appuie sur un scandale retentissant en Espagne : le vol de plus de 30 000 enfants à des fins idéologiques ; des bébés retirés à leurs parents républicains pour les vendre à des familles proches du pouvoir franquiste. Un trafic facilité par la complicité de médecins et de religieux.

Ce polar résolument contemporain permet à l’auteur d’aborder l’Espagne d’aujourd’hui, un pays ébranlé par la crise économique, présentant l’un des plus forts taux de chômage en Europe, gouvernée par des conservateurs, et qui peine à faire face à son histoire, les lois d’amnisties empêchant de poursuivre les auteurs d’exactions commises sous l’ère franquiste.

Marc Fernandez ne s’encombre pas de fioritures, il plonge directement son lecteur au cœur d’une intrigue simple mais bien ficelée. L’intérêt de ce roman ne repose pas sur un dénouement explosif, mais sur une passionnante description du contexte socio-économique de l’Espagne et sur des personnages bien campés : Diego un journaliste radio plutôt porté à gauche qui tient d’une main de maître une émission d’enquêtes sur une station radio administrée par le pouvoir en place, Isabel l’avocate franco-espagnole qui on le comprend très rapidement est aussi une liquidatrice qui porte un lourd secret familial, un juge intègre, et une détective privée transsexuelle truculente qui paraît échappée d’un film d’Almodovar.

Mala vida est un roman noir trop court (et c’est là son seul défaut) aussi passionnant qu’intelligent mêlant savamment l’intrigue à l’Histoire douloureuse de l’Espagne et qui explore avec beaucoup de finesse les questions de l’identité, de la vengeance et du mensonge. Ne passez pas à côté de ce roman d’une efficacité redoutable !

 

Édition présentée : Mala Vida, Marc Fernandez

Éditions Préludes

ISBN : 978-2-253-19116-2

2015, 280 p, (13,60 euros)

Vous aimerez aussi...

5 commentaires

  1. I simply want to inform you that I am new to blog posting and incredibly cherished your post. More than likely I am most likely to bookmark your blog post . You definitely have magnificent article content. Like it for swapping with us the best url information

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :