Pour lui – Peggy Silberling (avec la collaboration d’Harold Cobert)

pour-lui-peggy-silberling-harold-cobert-stock-meelly-lit

Nombre de chroniques et avis fleuriront peut-être (je l’espère vraiment) sur le web au moment de la sortie de ce livre, certains s’en plaindront sûrement, arguant du fait que les blogs sont de plus en plus consensuels, ne chroniquant que les livres qui leur sont aimablement envoyés par les maisons d’édition. Et je les comprends, moi qui  peste souvent de voir chroniquer les mêmes livres, les mêmes avis à quelques nuances près. Et pourtant, au risque de paraître inconstante, j’espère que Pour lui fera parler de lui  grâce aux blogueurs, aux journalistes et bien évidemment aux libraires et que la voix, le combat (car c’est bien un combat que porte ce livre) de Peggy Silberling sera lu, entendu, et parviendra jusqu’aux familles qui, ont vécu, vivent ou vivront la violence de leur enfant.

Je ne connais pas Peggy Silberling, tout juste  avons-nous eu l’occasion de parler quelques minutes de son livre, il y a quelques semaines dans les allées du salon du livre, alors que j’allais saluer Harold Cobert. Sa franchise, sa sincérité et la manière dont elle évoquait son récit à paraître m’ont d’emblée donné envie de le lire.

Écrire que ses paroles m’ont touchée, émue serait bien peu et serait presque faire offense à cette femme, cette mère avec laquelle j’ai conversé et que j’ai retrouvée tout au long de ce récit qui se lit comme un roman. Un roman,  si ce n’est que les personnages ne sont pas des êtres de papier, mais bien des personnes de chair et de sang que la vie n’a pas épargnés.

Le récit d’une mère-lionne

Peggy Silberling n’est pas une mère courage, ce terme renvoie trop souvent à la définition d’une mère qui par abnégation se sacrifie pour ses enfants au point de s’oublier elle-même. Peggy est tout au contraire une mère lionne, une femme qui depuis toujours s’est démenée pour s’en sortir seule.

Peut-on imaginer la souffrance d’une mère, n’ayant plus comme choix pour sauver son fils de 17 ans, que de porter plainte contre lui (et donc pour lui), après avoir tout tenté : les lettres, mails et visites aux services sociaux, aux juges aux affaires familiales, aux médecins…

Pour lui est une véritable mise à nue, le récit du combat d’une mère qui subit au quotidien la violence de son fils et qui n’est entendue par aucune institution. C’est le cri d’une femme qui ne se résout pas à voir son fils s’autodétruire et  entraîner avec lui ceux qui l’aiment.

Un livre pour briser un tabou

Avec beaucoup de pudeur, de rage et d’amour Peggy Siberling fait sauter un tabou, celui de la violence des adolescents envers leurs parents. Elle pose des mots sur une souffrance vécue dans la solitude par des familles qui par honte, par culpabilité n’osent  en parler.

Ces familles existent, dans ma précédente vie professionnelle, j’en ai rencontré quelques-unes, meurtrie par la violence de leur enfant, désemparée, s’épuisant à chercher où elles avaient pu être défaillantes.

Je l’ai écrit précédemment, le récit du combat de Peggy Silberling se lit comme un roman. Parce qu’il est construit comme tel. Ce récit qui fait aussi œuvre de littérature est agencé de telle manière qu’il permet au lecteur de comprendre comment la violence d’un enfant peut prendre en partie racine dans son histoire familiale.

Peggy Silberling, n’est pas une mère courage c’est une femme résiliente qui a décidé de parler, de faire connaitre son histoire.  Puisse son livre faire comprendre à ces familles qui se taisent qu’elles ne sont pas seules, et qu’elles ne sont pas coupables de la violence de leurs enfants. Puisse ce livre lever ce tabou qui ronge et fait exploser des cellules familiales fragilisées.

Édition présentée : Pour lui, Peggy Silberling (en collaboration avec Harold Cobert)

Stock

ISBN : 9782234086159

2019, 288p (19 euros) disponible au format numérique

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *