L’EXPÉDITION – Monika KRISTENSEN

L’inspecteur de police Knut Fjeld est en poste dans l’archipel du Svalbard. Il reçoit un appel au secours en provenance du 87e parallèle nord. Une expédition norvégienne est touchée par une épidémie inexplicable qui frappe hommes et chiens. Le chef de l’expé­dition refuse cependant d’abandonner : le but, le pôle Nord, doit être atteint à tout prix. Knut Fjeld est un homme expérimenté et n’a guère le choix. On le dépose en plein désert arctique pour rejoindre cette expédition à la dérive, et la pression ne cesse d’augmenter au fur et à mesure que les hommes s’approchent du pôle. Dans l’ombre guette un danger dont personne ne peut imaginer l’envergure.

l'expédition- monika kristensen - polar norvégien - gaia

L’expédition est un polar polaire passionnant à dévorer sous un plaid avec une bonne tasse de thé…

Volonté de casser un mythe, celui de l’explorateur extrêmement bien préparé, prêt à braver tous les dangers, à se dépasser par amour de l’aventure ou hommage aux récits des expéditions polaires du début du 20e siècle  ? Ce polar venu du froid ne le dit pas, mais il n’en est pas moins passionnant.

Un auteur qui connaît bien son sujet

L’auteur de L’expédition n’est pas une néophyte, elle connaît bien son sujet : glaciologue, elle fut la première femme à diriger une expédition en Arctique. Ceci explique sûrement pourquoi ce polar addictif écrit au scalpel  propose des descriptions d’une précision et d’une rigueur quasi scientifique qui transportent littéralement le lecteur au 87e parallèle nord.

Monika Kristensen plonge son lecteur au cœur d’une expédition mal préparée dont les membres persistent à rejoindre le pôle Nord alors que tout se ligue contre eux.

Un huis clos sur la banquise

L’expédition est un huis clos angoissant dont l’intensité ne cesse de croître. La construction du roman n’y est pas étrangère puisque l’auteur y alterne les pensées les plus intimes de l’un des protagonistes qui livre une confession glaçante de la préparation incomplète de l’expédition avec le quotidien des explorateurs en prise avec le froid, l’humidité, le vent, la solitude et ce silence ouaté qui rendrait fou n’importe quel humain.

Impossible pour le lecteur de ne pas être happé par la beauté de la banquise comme  par le récit de cette expérience qui vire au fiasco, de ces esprits qui s’échauffent, des rivalités qui se font jour et qui empoisonnent au sens propre comme au sens figuré cette expédition mortelle.

Nul besoin d’être un passionné de récits d’expédition ou de roman d’aventures pour tomber dans les filets de Monika Kristensen. Il suffit  de se laisser porter par ce polar palpitant qui instruit autant qu’il divertit !

Édition présentée:L’expédition – Monika Krinstensen (Loup-Maëlle Besançon pour la traduction)

Gaïa Polar

ISBN : 9782847207231

2016, 320 p. (21 euros) disponible au format numérique

L’auteur :Monica Kristensen  est née en Suède et a grandi en Norvège. Glaciologue, elle est la première femme à avoir dirigé une expédition en Antarctique. Elle vit actuellement à Oslo.

Continue Reading

JE VOUS SAUVERAI TOUS – Émilie FRÈCHE

Parce qu’elle est sans aucune nouvelle d’Eléa, sa fille de 17 ans embrigadée par Daesh et partie en Syrie il y a maintenant six mois, Laurence commence à tenir un journal. Écrire l’empêche de céder entièrement à la douleur qui la ronge chaque jour davantage, à la colère de n’avoir rien vu venir, et de n’avoir pas su comprendre que tout allait basculer. De trop nombreuses questions sans réponse la hantent : comment Eléa va-t-elle ? Où vit-elle ? Et avec qui ? Comment Eléa, qui avait la tête sur les épaules et des envies par centaines, a-t-elle pu manquer de discernement au point de renoncer à tout… et surtout à sa liberté ? Laurence interpelle sa fille et lui raconte, jour après jour, sa tristesse et sa participation à des groupes de déradicalisation, sa lutte pour éveiller les consciences, tenter d’empêcher le départ d’autres adolescents… Pour tenter aussi de contrer l’absence de sa fille, ne pas la perdre tout à fait…À ses mots répondent ceux du journal intime d’Eléa, écrits un an auparavant. On découvre peu à peu comment pour cette jeune fille la frontière qui sépare influence et conviction a été franchie. Comment aux rêves d’avenir, aux premiers émois amoureux, aux amitiés sereines, se sont substitués la manipulation, la soumission, l’extrémisme…

je vous sauverai tous - emilie freche - roman jeunesse

Avec Je vous sauverai tous Émilie Frèche renoue avec une littérature qui lui va bien : la littérature engagée. Une littérature en prise directe avec les maux de notre société.

Je vous sauverai tous est un roman jeunesse (donc pour les adolescents de 12 à 99 ans) qu’il faut lire et impérativement faire lire aux adolescents de son entourage. Un roman qui fait œuvre de salubrité publique qui, s’il n’en tenait qu’à moi, serait offert dans les collèges, dans les lycées pour attirer l’attention de tous les jeunes sur le piège qui pourrait leur être tendu.

Un roman pour entamer la discussion

Ce roman lorsqu’il est lu par les parents et leur ado est un formidable support pour entamer ou prolonger la discussion sur les risques de l’embrigadement, sur ce qu’engendre le communautarisme, sur le terrorisme…

Émilie Frèche excelle lorsqu’elle écrit contre… contre ceux qui, sournoisement mettent tout en œuvre pour attirer, faire perdre pied et embrigader des adolescents de tous horizons. Car comme elle le démontre, nul n’est à l’abri. Le processus d’embrigadement commence souvent sur internet, un outil largement utilisé par les adolescents de tous les milieux. L’adolescence est une période souvent difficile, un entre-deux qui fragilise, et c’est sur cette fragilité que s’appuie Daech pour séduire, isoler, embrigader.

Un auteur porte-parole

L’une des forces de ce roman est de permettre à chacun des lecteurs qu’il soit parent ou adolescent, de s’identifier aux personnages. Il est impossible de ne pas ressentir le désarroi, mais aussi le sentiment de culpabilité de ces parents qui n’ont pas su voir les changements qui s’opéraient chez leur enfant comme il est impossible que le trouble vécu par l’héroïne d’Émilie Frèche ne fasse pas écho chez l’ado lecteur. L’auteur ne juge pas, ne condamne pas, elle se fait la porte-parole de ceux qui ont vécu l’horreur du départ d’un de leur enfant vers l’Irak ou la Syrie. Elle alerte sur ce danger qui nous guette, tous.

Alerter sur l’urgence

Je vous sauverai tous est un roman qui prend la forme d’un combat. Il y a en effet une réelle urgence à prévenir les familles, à échanger avec les jeunes sur ce danger qui les concerne tous. Cette urgence absolue irradie de chacune des pages de ce livre aussi nécessaire que bouleversant.

 

Édition présentée : Je vous sauverai tous, Émilie Frèche

Hachette romans – lecture academy

ISBN : 9782017007166

2017, 288 p (15.90 euros) disponible au format numérique

L’auteur :  Émilie Frèche, est une femme de lettre et scénariste engagée dans la lutte contre le racisme et l’antisémitisme. Elle est notamment l’auteur de Deux étrangers, Chouquette, Le film de Jacky Cukier, 24 jours la vérité sur l’affaire Ilan Halimi, Un petit garçon tout lisse

 

Continue Reading

AU COMMENCEMENT DU SEPTIÈME JOUR – Luc LANG

4 h du matin, dans une belle maison à l’orée du bois de Vincennes, le téléphone sonne. Thomas, 37 ans, informaticien, père de deux jeunes enfants, apprend par un appel de la gendarmerie que sa femme vient d’avoir un très grave accident, sur une route où elle n’aurait pas dû se trouver.
Commence une enquête sans répit alors que Camille lutte entre la vie et la mort. Puis une quête durant laquelle chacun des rôles qu’il incarne : époux, père, fils et frère devient un combat. Jour après jour, il découvre des secrets de famille qui sont autant d’abîmes sous ses pas.
De Paris au Havre, des Pyrénées à l’Afrique noire, Thomas se trouve emporté par une course dans les tempêtes, une traversée des territoires intimes et des géographies lointaines.
Un roman d’une ambition rare.

au commencement du septième jour - luc lang - stock - rentrée littéraire 2016 - sélection grand prix des letrices elle 2017 - quête existentielle

Dense et ambitieux Au commencement du septième jour est un roman dont on a trop peu parlé lors de la rentrée littéraire. Un roman dans lequel le travail de deuil fait place à une véritable quête existentielle.

Le 7ème jour dans la Genèse est le jour où Dieu décida de se reposer. Au commencement du septième jour fait écho à cet instant ;  Luc Lang en fait  en effet le roman d’une quête existentielle dans lequel chacun des protagonistes après un long cheminement accède bien que de manière très différente au repos, à une certaine quiétude.

Si quelques jours avant l’accident qui finira par coûter la vie à sa femme Camille, il avait été demandé à Thomas un informaticien de 37 ans de décrire sa vie, il est fort à parier qu’il l’aurait dépeinte comme heureuse, une vie établit qui aurait trouvé son rythme de croisière. Mais cet accident déclenche un véritable tsunami qui contraint Thomas à lutter pour se maintenir la tête hors de l’eau.

Un livre qui en contient en réalité trois

Ce n’est pas un livre, mais bien trois qui constituent  Au commencement du septième jour, trois livres qui sont comme trois frontières que Thomas devra traverser pour trouver – peut-être -le repos de l’âme voire celui du guerrier. Trois livres qui se déroulent dans des lieux différents à Paris pour le premier, au cœur des Pyrénées pour le second, et au Cameroun pour le dernier.

Cette juxtaposition de livres peut dérouter le lecteur, non pas tant par le changement de lieu, d’espace ; mais par le changement de registre. Le premier livre  est construit comme un thriller dans lequel tout va vite, et qui tient véritablement le lecteur en haleine alors que le  second est beaucoup plus contemplatif et marque une telle cassure dans le rythme que l’on peut se sentir terriblement désarçonné.Quand au troisième, il est peut être le plus passionnant.

Une expérience de lecture

Luc Lang ne fait pas partie de ces auteurs qui prennent leurs lecteurs par la main, il ne donne pas ou que très peu d’explication, il suggère tout au plus, comme si l’explication n’était pas réellement une fin en soi. Comme si l’essence même du roman était ailleurs.

La lecture de Au commencement du septième jour n’est pas un long fleuve tranquille. Ce roman se mérite : il étourdit, il pousse le lecteur à prendre une grande respiration, de longues phrases peuvent agacer. Il n’en est pas moins  passionnant tant il donne à réfléchir sur la quintessence et la fragilité de nos existences.

Une relation très particulière se noue  entre le roman de Luc Lang et le lecteur , un lien très fort mais tacite qui perdure bien après que le lecteur ait refermé le roman…

Partir à la rencontre de ce livre est une expérience particulière, riche de sens, une expérience qui ne s’oublie pas.

 
Édition présentée : Au commencement du septième jour, Luc Lang
ISBN : 9782234081857
2016, 544 p. (22.50 euros) disponible au format numérique
L’auteur : Luc Lang est l’auteur d’une dizaine de romans, recueils de nouvelles, essais sur les arts et la littérature contemporains, dont Mille six cents ventres (prix Goncourt des lycéens), La Fin des paysages et Mother.
Continue Reading