Quatre petits mois et puis… reviens

 

 quatre-petits-tours-et-puis-reviens.Quatre mois… Cela fait plus de quatre mois que j’ai laissé mon blog en friche. Et cela nécessite, je crois une petite explication pour repartir de plus belle – car oui, j’ai bien l’intention de faire revivre ce blog, ce projet personnel qui depuis plus de six ans m’a tellement apporté –  et partager à nouveau mes ressentis de lecture avec vous, vous faire peut-être découvrir des livres qui vous raviront. Depuis quelques semaines, ma vie a changé et mon blog va forcément d’une manière ou d’une autre grâce à ce changement de cap, évoluer lui aussi, même si je ne sais pas vraiment encore de quelle façon.

De multiples questions

Vous avez été nombreux à me demander pourquoi je ne proposais plus de chroniques, si je m’étais un point final à cette jolie aventure, si j’avais l’intention de fermer meellylit.com. Pour être tout à fait honnête, c’est une question que je me suis posée en fin d’année dernière. Je ne prenais plus beaucoup de plaisir à bloguer. Jamais je n’avais ressenti de lassitude à lire, mais écrire m’apparaissait de plus en plus souvent comme fastidieux, rébarbatif, et je ne trouvais plus ma place dans le petit monde des blogueurs. L’envie n’était plus là, je ne voyais plus d’intérêt à faire perdurer mon blog

En janvier, après plusieurs années passées à la maison, j’ai recommencé à travailler, retrouvé mon ancien milieu professionnel (dans lequel je m’étais promis de ne pas remettre les pieds – comme quoi il ne faut jamais dire fontaine…), j’avais donc moins le temps de lire, encore moins le temps d’écrire… et trouver une bonne excuse pour laisser mon blog à l’abandon.

Une opportunité que je n’attendais plus

Mais la vie nous fait parfois des cadeaux auxquels on ne croit plus à force de les avoir trop attendus. Il faut pour cela accepter de lâcher prise.  Il y a quelques semaines, j’ai quitté le poste que j’occupais depuis seulement quelques mois pour devenir community manager et rédactrice du blog d’une belle et grande librairie.

Grâce à meellylit.com que j’ai négligé pendant des mois, il m’a été proposé de travailler au sein d’une librairie. J’avoue avoir eu énormément de mal à réaliser, je ne peux encore m’empêcher de penser que cela relève presque du conte de fée. C’est en tout cas, ce que je me dis tous les jours lorsque je passe la porte de mon superbe nouveau lieu de travail.

Une double casquette pour cette prochaine rentrée littéraire

Après ce changement de cap inespéré, l’envie de bloguer est enfin revenue. Cela fait aujourd’hui deux mois que je travaille au sein d’une équipe de libraires passionnants et passionnés. Je travaille dans l’ombre pour mettre en lumière le travail de mes collègues et je m’épanouis professionnellement. Pour la première fois, je prépare la rentrée littéraire avec une double casquette celle de blogueuse car j’ai bien l’intention de vous faire partager mes coups de cœur et celle de community manager d’une librairie. Je vous  parlerai d’ailleurs, au moment de sa parution,  d’un premier roman dont je viens d’achever la lecture et qui est un véritable coup de poing, un roman hors norme à l’écriture incroyable. Vous me retrouverez aussi très probablement sur le blog de la librairie pour vous parler d’autres découvertes qui me tiennent à cœur.

Voilà, vous savez tout, j’ai hâte de vous faire à nouveau partager mes lectures, mes ressentis, mes découvertes, vous faire aussi peut être partager l’envers du décor d’une grande librairie. L’envie est là, mes doigts sur le clavier en fourmillent d’impatience.

A très vite,

Sandy

Continue Reading

LES DÉRAISONS – Odile D’Oultremont

La vie d’Adrien et de Louise est un chaos enchanteur. Méritant et réservé, il travaille pour assurer leur quotidien. Ouvrière qualifiée de l’imaginaire, elle désaxe la réalité pour illuminer leur ordinaire. Leur équilibre amoureux est bouleversé le jour où l’agenda stratégique de l’employeur d’Adrien coïncide avec la découverte de tumeurs dans les poumons de sa femme. Pendant que les médecins mettent en place un protocole que Louise s’amuse à triturer dans tous les sens, l’employé modèle est exilé par un plan social aux confins d’un couloir. Sidéré, Adrien choisit pour la première fois de désobéir: il déserte son bureau vide pour se dévouer tout entier à Louise, qui, jour après jour, perd de l’altitude. Mais peut-on vraiment larguer les amarres et disparaître ainsi sans    prévenir ? Et les frasques les plus poétiques peuvent-elles tromper la mélancolie, la maladie et finalement la mort ?

les déraisons - odile d oultremont - les éditions de l'observatoire

Ils sont rares ces livres qui,  alors que vous y pensez très tôt au réveil, vous donnent envie de vous lever pour en retrouver les doux dingues protagonistes. Ces livres dans lesquels l’auteur mêle avec une dextérité rare humour, poésie et fantaisie. Ces livres qui vous font manquer votre arrêt de métro tant les subtils agencements de mots vous hypnotisent et, vous laisseraient presque à penser, que leur auteur invente sa propre langue, une langue que l’on comprend sans jamais l’avoir apprise, une langue qui fait un détour par votre cœur avant de faire pétiller votre cerveau.

Elles sont rares ces pépites littéraires qui  font marcher quelques centimètres au-dessus du sol, qui  donnent envie d’embrasser la vie, qui instillent dans le gris de nos existences de la légèreté et de la couleur, Les déraisons d’Odile d’Oultremont est l’une d’elles.

Les Déraisons est un roman qui réenchante, et qui d’entre nous n’en éprouve pas le besoin ? Louise et Adrien le formidable couple au centre de ce roman durant quelques heures une véritable bouffée d’oxygène pour le lecteur… La lecture de leur histoire est une véritable parenthèse enchantée.

Si ce roman , ode à l’amour au couple et à l’anticonformisme, ode à tous ceux qui refusent de se laisser dicter leur vie et leur façon de penser, insuffle une légèreté rassérénante, il n’est – que l’on ne s’y méprenne pas – en rien un roman « léger ». Avec beaucoup de grâce et d’ingéniosité, il met en exergue les maux dont souffrent le monde du travail : ces restructurations qui déshumanisent, ces ressources humaines qui traitent de tout sauf de l’humain. Et il aborde avec luminosité l’une de nos plus grandes craintes, celle de mourir comme celle de voir l’être aimé s’éteindre. Ce moment où il nous faudra quitter la vie et accepter de nos laisser glisser vers l’inconnu.

Très gros coup de cœur pour Les déraisons !  publié par les Éditions de l’Observatoire, qui démontre qu’une jeune maison d’édition peut également être très belle maison d’édition.

 

 

Édition présentée : Les déraisons, Odile d’Oultremont

Les Éditions de l’Observatoire

ISBN : 9791032900390

2018,  220 p. (18 euros) disponible au format numérique

 

Continue Reading